Home / Actualités / De la problématique de la déforestation en Guinée (par Moussa Condé)

De la problématique de la déforestation en Guinée (par Moussa Condé)

« Le gouvernement guinéen a entrepris une vaste campagne de reboisement sous l’égide du Président de la République. Mais qu’en est-il de la situation de la déforestation dans notre pays ? »

La FAO définit la déforestation comme « la conversion de la forêt pour une utilisation différente du

terrain ou la réduction à long terme de la canopée arboricole en dessous du seuil minimum de 10% ».  Autrement dit elle est donc le phénomène de régression des surfaces couvertes de forêt qui résulte des

activités humaines :  la croissance démographique,  l’extension des terres agricoles, l’exploitation forestière, l’urbanisation, les mines, l’élevage etc...

Depuis quelques jours, le gouvernement guinéen sous l’impulsion du chef de l’Etat, Pr Alpha CONDE a lancé une campagne de reboisement de 1600 hectares sur toutes l’étendue du territoire nationale. Le but est de réhabiliter nos écosystèmes forestiers fortement dégradés par les pressions anthropiques. 

En effet, la Guinée est un mauvais élève en matière de déforestation au point d’être classée en 2014 avec trois autres pays de l’Afrique de l’Ouest la Guinée Bissau, le Libéria et la Sierra Leone parmi les dix (10) pays ayant enregistré le plus fort taux de déforestation au monde par la Global Forest Watch.

Le taux de déforestation annuel du pays est estimé à 30 000 hectares soit l’équivalent de la région administrative de Conakry selon les statistiques du Ministère de l’Environnement. L’une des conséquences de cette déforestation est la quasi-disparition de ces écosystèmes de forêts denses humides passées de 14 millions d’hectares en 1967 à seulement 700 000 hectares en 2013.

Cette déforestation a de nombreux impacts sur les espèces, la qualité des habitats et le fonctionnement des écosystèmes. 

A titre d’exemple, l’OGUIPAR estimait en 2003 qu’entre 21 à 26 000 chimpanzés vivaient dans les aires protégées de la Guinée. Aujourd’hui, ils ne seraient plus que 5 500 aujourd’hui selon la Wild Chimpanzees Foundation. De nombreuses autres espèces végétales et animales subissent les méfaits des pressions que subissent nos forêts.

Au regard de tous ces aspects, l’idée d’un reboisement national s’impose et constituerait un moyen d’atténuation des effets du changement climatique. Si l’initiative présidentielle de reboisement de 1600 hectares peut être salutaire, elle reste cependant moins ambitieuse et non inclusive compte tenu de l’ampleur des dégâts sur notre environnement. Elle est non inclusive et ne comble pas le taux national de déforestation estimé à 30 000 hectares.

Lutter contre la déforestation exige de convaincre les communautés sur le rôle des forêts dans l’amélioration de la sécurité alimentaire, augmenter la résilience et l’atténuation face au changement climatique et lutter contre la pauvreté. Elle requiert un engagement général des gouvernants, des communautés locales, de la société civile etc…

Moussa Condé

Gestionnaire des Aires Protégées

moussakemeconde@gmail.com

Check Also

CAN 2019 : la Guinée s’adjuge son ticket pour les huitièmes de finale

Au cours de sa troisième sortie comptant pour le premier tour de la Coupe d’Afrique …