Home / Actualités / Au-delà de la légalité, un changement constitutionnel dans le contexte actuel de la Guinée est immoral et inopportun (Tribune)

Au-delà de la légalité, un changement constitutionnel dans le contexte actuel de la Guinée est immoral et inopportun (Tribune)

Après les débats houleux sur la légalité d’une potentielle modification de notre constitution, il est temps de revenir à la question qui, en mon entendement, est la plus importante dans le contexte actuel de notre pays : il s’agit de la moralité et de l’opportunité d’un changement constitutionnel.

Je n’avais aucune envie de me prononcer encore sur cette question, mais le dernier courrier du Ministère en charge des affaires étrangères confirme la volonté du président Alpha Condé de changer la constitution et, éventuellement, se maintenir au pouvoir au-delà de 2020.

Par le présent article, j’invite tout le peuple de Guinée de sortir de ce débat juridique interminable, pour dire à Alpha Condé et ses marionnettes que le peuple de Guinée n’acceptera pas ce projet qui est à la fois immoral et inopportun. Le souhait de ces gens est d’occulter le caractère immoral, injuste et inopportun de ce projet pour nous amener sur un terrain juridique. Il faut rappeler que la légalité d’une chose ne la rend pas juste, ni morale ou opportune. Pour rappel, l’apartheid était une pratique légale en Afrique du Sud, tout comme l’esclavage l’était aux Etats-Unis, mais cette légalité était une expression claire de l’injustice de la minorité (en Afrique du Sud) qui contrôlait l’armée et la police, contre la majorité.

La Guinée est sur le point de se retrouver dans une situation pareille. Une minorité de parvenus, enrichis avec les ressources publiques, se croit capable d’acheter la conscience des militaires, de la gendarmerie et de la police, pour maintenir au pouvoir un vieillard au crépuscule de sa vie. Pour réussir ce pari malsain, ils veulent nous amener vers un débat de légalité, comme si la légalité suffisait pour justifier les actes immoraux. Je disais à un journaliste qu’il est possible d’interdire légalement les opérations de tous les médias en Guinée à l’exception de la RTG. Mais nous savons tous que même si un tel acte est fait légalement, on reconnaîtra aussi que ce sera injuste et un recul inestimable de notre démocratie.

Il faut donc rappeler Alpha Condé et ses marionnettes que le peuple de Guinée a déjà accepté beaucoup trop d’immoralités de ce régime, mais que ce dernier coup ne passera pas. Je parle bien de marionnettes car une personne qui dit soutenir une constitution sans en connaitre le contenu ne peut être appelée autrement. Un régime incapable d’organiser des simples élections législatives et qui a eu neuf ans pour changer la constitution, ne peut pas berner le peuple de Guinée à la fin de son dernier mandat pour se maintenir au pouvoir. Même s’il avait pu faire les plus grandes réalisations pour notre pays, on lui aurait dit de partir, à plus forte raison que son bilan est tout sauf élogieux. On ne peut pas permettre une telle pagaille à une personne qui, en neuf ans, n’a pas été capable de donner de l’électricité à la seule ville de Conakry et a plongé plus d’un million cinq cent mille guinéens supplémentaires dans la pauvreté depuis en moins d’une décennie. Nous ne perdrons pas notre temps à évaluer une présidence qui n’a brillé que par les promesses. C’est un égoïsme d’une profondeur incroyable de vouloir soutenir Alpha Condé à rester encore au pouvoir en Guinée, c’est une insensibilité sans égale face à la souffrance des 55% des guinéens vivant dans la pauvreté. Depuis l’arrivée de Monsieur Alpha Condé au pouvoir en 2010, près de 200.000 guinéens ont été plongés dans la pauvreté chaque année, malgré l’accélération de l’exploitation de nos ressources et la contraction d’importantes dettes, pendant que les autres pays sont en train d’aider leurs populations à sortir de la pauvreté. Faisant ainsi de l’exil, l’immigration clandestine, la corruption, le griotisme et la mendicité, les principales voies de s’en sortir, particulièrement pour les jeunes.

Malgré tout, nous ne voulons pas entrer dans un extrémisme destructeur. Nous voulons seulement que Alpha Condé et ses marionnettes arrêtent ce projet suicidaire qui ne réussira pas, et maintenant. Après son deuxième mandat, il pourra jouir de son immunité et de tous les avantages dus à son rang. Nous voulons une Guinée où l’alternance se fait dans la paix et la quiétude, à la fois pour le peuple et pour les dirigeants.

Je sais que beaucoup s’inspirent de l’après Conté pour se dire que rien ne leur arrivera même si Alpha n’arrive pas à réussir ce coup d’Etat. Mais nous les rassurons que tous ceux qui sont en train de plonger notre pays dans cette instabilité, paieront un jour à la hauteur de leur trahison. La constitution sur laquelle Alpha Condé a juré et promis de protéger, est supérieure à tous les guinéens, à commencer par Alpha lui-même. Dans les jours qui suivent, étant donné que la position du gouvernement est maintenant officielle, le peuple commencera à se faire entendre. Nous mobiliserons le peuple de Guinée de tous les bords pour empêcher ce projet. Ici, nous entendons par peuple de Guinée, tous les guinéens épris de valeurs de liberté et de démocratie, dans la société civile, la sphère politique, l’administration, l’armée, le monde des affaires, le monde académique, etc.

Mamoudou Nagnalen Barry, Ecrivain, Consultant International en économie financière, FNDC USA

Check Also

Guinée : Abus de pouvoir, intimidation, emprisonnement de citoyens… : Le préfet de Kankan mis à l’index !

Le préfet de Kankan Aziz Diop a fait emprisonner Kaba Kourouma chef de secteur de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *