Home / A LA UNE / Les pharmaciens de Guinée menacent d’aller en grève

Les pharmaciens de Guinée menacent d’aller en grève

Dans une déclaration rendue publique ce mercredi 27 mars 2019, le syndicat et l’ordre des pharmaciens privés de Guinée annoncent qu’ils comptent aller en grève très prochainement. En résumé, ils dénoncent la propagation du marché illicite de faux médicaments et exigent des réactions de la part des autorités.

Selon Dr. El hadj Mohamed Manizé Kolié, secrétaire général des pharmacies privés de Guinée, sa corporation est, un des maillons important du secteur privé en Guinée, est depuis plus de 33 ans une victime innocente du marché illicite. Et les choses se passeraient sous les yeux des autorités. D’autant que, rappelle-t-il, les faux médicaments sont vendus à même la rue. Il évoque même la disparition du camion-remorque de 12 t, avec à son bord des faux médicaments d’une valeur de 33 milliards GNF. Cependant, précise-t-il, le combat n’est pas qu’une affaire de pharmaciens. L’enjeu de la vente illicite des produits pharmaceutiques se rapporterait à la santé publique. « Les nombreux cas de cancers, de diabète, d’hypertension et autres maladies graves enregistrées  en Guinée sont dus à la manipulation de ces faux  médicaments  par des non professionnels », explique-t-il en effet.

Or, selon Dr. Manizé Kolé, l’Ordre national des pharmaciens et le syndicat des pharmaciens privés de Guinée, ont interpellé plusieurs fois les autorités publiques pour solliciter leur implication dans la lutte contre la vente illicite des médicaments. Mais aucune suite n’aurait été donnée à ces interpellations. « Pour tous ces motifs et conformément au code de travail en son article 311, alinéa 1, les organisations professionnelles de la pharmacie décident d’une grève générale de trois jours renouvelables sur toute l’étendue du territoire national, dont la date sera communiquée bientôt », a-t-il indiqué.

A travers cette grève, selon la déclaration, le syndicat et l’ordre des pharmaciens privés de Guinée  réclament, la fermeture immédiate du marché de faux médicaments  de Madina et l’arrêt  de la vente illicite du médicament sur le territoire national, la mise à la disposition de la justice des responsables des sociétés MEDCO et DISPROPHARM, impliqués dans  la disparition  du camion dont on parlait plus haut, la non-ingérence de tiers dans les procédures  judiciaires, la limitation du nombre de sociétés grossistes d’importation, la réinstallation soutenue des pharmaciens à  l’intérieur du pays où ils ont été chassés par les commerçants et l’exonération de toutes taxes à l’importation  des matières  premières  et emballages  destinés aux pharmaciens pour la production locale.

Pour terminer, Dr Mohamed Manizé Kolié précise : « cette grève, qui sera malheureusement la première depuis l’indépendance de la Guinée, est non négociable. Elle sera suspendue dès la satisfaction effective des points de revendication ».

Balla Yombouno

Check Also

Guinée : la rentrée universitaire pour l’année académique 2019-2020, fixée au 03 octobre (officiel)

L’annonce de la date de la rentrée universitaire, pour l’année académique 2019-2020, a été rendue …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.