Home / Actualités / Algérie: l’armée ouvre la voie à un départ du président Bouteflika

Algérie: l’armée ouvre la voie à un départ du président Bouteflika

En Algérie, l’armée a demandé, mardi 26 mars, l’application de l’article 102 de la Constitution, un article qui transmet les rênes du pays au président du Sénat lorsque le Parlement constate que le président est dans l’impossibilité de gouverner en raison d’une maladie grave. L’appel vient du chef d’état-major alors que les Algériens sont mobilisés contre le système politique depuis plus d’un mois.

Cinq vendredis de mobilisation, des centaines de milliers de personnes dans les rues de la capitale, des manifestations du nord au sud et d’est en ouest, sans incident majeur. La pression de la rue était devenue importante pour les autorités.

Et cette pression faisait flancher les soutiens habituels du président Abdelaziz Bouteflika. Des chefs d’entreprises aux membres du FLN,le premier parti du pays, des voix s’élevaient pour demander d’écouter les demandes populaires. Des demandes qui ont aussi évolué, au fil des semaines, passant du refus du cinquième mandat du président à un rejet de tout le système politique.

Dans ce contexte, l’appel du chef d’état-major à appliquer l’article 102 de la Constitution et à déclarer le président inapte est une manière d’aboutir au départ d’Abdelaziz Bouteflika et de répondre à certaines revendications. Et, du point de vue du chef d’état-major, c’est cette solution qui permettra d’obtenir un consensus entre la société, les cercles au pouvoir et l’armée, qui affirme qu’elle est garante de la souveraineté nationale.

Une manière pour les autorités de garder la main

L’article 102 de la Constitution prévoit l’organisation d’élections dans un délai maximum de quatre mois et demi après que le Parlement a constaté l’état d’empêchement du président de la République. Le chef d’état-major le dit lui-même, il veut assurer la stabilité du pays et le maintien de la souveraineté de l’Etat.

Mais cette stabilité, c’est aussi l’assurance que la transition soit assurée par ceux qui gouvernent le pays aujourd’hui. Organiser des élections en 4 mois donnera peu de temps à ceux qui manifestent chaque vendredi pour s’organiser et trouver des représentants. Face à eux, il y aura les hommes chargés de mener à bien cette période de vacance et d’organiser les élections ; le président du Conseil constitutionnel et du Conseil de la Nation sont des proches d’Abdelaziz Bouteflika.

Les partis d’opposition affirment eux que ces élections n’auraient aucune garantie de transparence. C’est ce qui pousse la presse à parler de « sacrifice du soldat Bouteflika » pour « maintenir le système ».

Source : RFI

Check Also

Dossier – La Guinée finalement épinglée par le FMI pour mauvaise gestion : des millions de dollars volatilisés des caisses de l’Etat

Votre quotidien électronique Guinéenews© vous propose une enquête sur les relations entre le Fonds monétaire international (FMI) …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *